Trucsweb.com

Trucsweb 1997-2017

Le site des Trucsweb a maintenant 20 ans! 20 ans de gratuit mur-à-mur, peu importe que vous soyez à Montréal, Paris ou Ouagadougou, que vous soyez riche, pauvre ou éducateur ; -). « C’est un endroit que chacun peut visiter pour apprendre et partager ses connaissances » pour paraphraser Wikipédia. C’est aussi des milliers de dollars déboursés pour les couts d’un serveur Web. La publicité c’est bien, mais trop peu pour payer les frais d’hébergement toujours plus cher.

Il va sans dire que je m'adresse beaucoup aux institutions d'enseignement et aux corporations, particulièrement les géants de ce monde qui bénéficie de PROMOTION GRATUITE sur les sites des webmestres comme celui des Trucweb! Les Google et Microsoft de ce monde. Le fournisseur d'hébergement des Trucsweb qui a bénéficié d'une grande visibilité certainement pas étrangère a son succès. Mais aussi l'Organisation internationale de la Francophonie par exemple. Car la majorité des visiteurs des Trucsweb proviennent de l'ensemble des pays de la francophonie. Pays pour la plupart, outre la France, du berceau de l'humanité et surtout des plus pauvres de notre brillante civilisation.

Où va votre don : essentiellement pour payer la carte de crédit (surtout les intérêts) utilisée pour payer le serveur et la bande passante. Le maintien et le développement étant absolument bénévole, avec grand plaisir, depuis 1997!

jours restants pour la campagne de financement 2017-2037 ;- )
Objectif : 5000 €

Je vous remercie d’envisager de faire un don afin de perpétuer cette longue tradition francophone qui a maintenant 20 ans.

Merci,
Django Blais, L’Isle-Verte (Québec)

Hébergement

RDFFav

Hébergement professionnel, un mal nécessaire

Mais voilà, on n’a pas le choix et étant donné le prix d’une dorsale internet (Internet backbone)...Hébergement professionnel, iWeb-Hosting.com, Services d’hébergement, SERVEUR, hosting, isp

Beaucoup de chemin parcourue depuis mon premier hébergement dans les années 90 quand les Trucsweb.com étaient hébergés sur Chez.com, qui d’ailleurs fait un retour. Multimania, Geocities, Tripod, iQuebec. Il faut rappeler que les CMS (système de gestion de contenu) comme WordPress ou Spip n’exista pas encore. J’ai dû passer une dizaine d’hébergement gratuit avant d’arriver résigné chez iWeb. Juste avant l’arrivé dans le paysage francophone de l’équipe Ovh.net chez qui j’aurais peut être fini. Tout d’abord sur un vieux mutualisé en PHP. Ma base MySQL du forum avait planté pas à peu près! J’avais perdu tous les messages de la base, passé aux ASP et une base Acces qui avait, elle, tenu le coup. J’ai gossé longtemps sur un serveur mutualisé avant de comprendre qu’un site populaire sur un serveur mutualisé c’est l’enfer! On paye pour les autres et les autres sont souvent plus de 250 sites Web sur un même serveur. Mais voilà, on n’a pas le choix et étant donné le prix d’une dorsale internet (Internet backbone)...

Payant quant on a les moyens

Tellement que je conseil vivement aux businessmans de se payer une dorsale et se pencher sérieusement sur l’hébergement pour faire la piastre! Si la niche est moindre qu’à ses débuts, les solutions nuagiques ne manque pas d’avenir (!) Il faut savoir qu’un service d’hébergement fait son pécule sur la masse et les tous petits sites web. Et vous l’aurez compris au détriment des sites plus importants. Vous n’avez pas idée des histoires d’horreurs depuis le temps. Je ne rentrerais pas dans les détails, les Trucsweb sont toujours à la merci d’un service l’hébergement ;p mais voilà tout de même un guide pour limiter les dégâts, de ce que j’appelle affectueusement, un mal nécessaire!

Ce tutoriel s’adresse avant tout aux concepteurs de sites Internets dynamiques qui demande un minimum de ressource et de support du fournisseurs. Pour un site en pages HTML statiques, peut importe le nombre de pages, chercher le moins cher, il fera l’affaire!
Serveur mutualisé

Le moins dispendieux c’est ce qu’on appelle un serveur mutualisé. Une bonne solution dans le cas d’un site web, qui demande une présence continue bien sur, mais sans avoir trop recourt aux ressources partagées du serveur! Dans ce dernier cas, ou dans la cas d’un site Web très achalandé, considérez plutôt la solution « Serveur dédié ». Le serveur mutualisé a toute fois un sérieux problème, on partage les couts mais pas les risques.

Un bon service mutualisé devrait (on peut rêver ;-):

Prix
Pour moins de 10 $ (5 €) par mois et garantir le meilleur prix pour les clients fidèles!
Facturation
Dans votre devise
Contrat
Avec clause de dédommagement
Technologie
Garantir le support de la technologie sinon prévoir un dédommagement pour le remplacement
Espace disque
Non mesurée
Bande passante
Non mesurée
Courriels
Illimité
Noms de domaine
Illimité
Bases de données
Illimité
Interface de gestion
Bonne interface de gestion et de facturation

C’est fou comme on peut faire dire n’importe quoi à des chiffres! Mais prévoir aussi :

  1. Les solutions sont devenues quasi indécentes! Non mesurée, illimitée... à des prix impossibles.

  2. Essayer de trouver un fournisseur qui permet de faire la transaction dans votre devise. Absorber le taux de change pour les fournisseurs est un manque de respect d’une part, toujours a notre détriment et un risque à long terme!

  3. Attention aux interfaces de gestion de votre hébergement. Je parle ici du gestionnaire du fournisseur, pas de votre CMS. Les fournisseurs ne développement généralement pas de CMS mais un service d’achat / facturation. Une solide interface de gestion en ligne vous permet de sauver du temps mais d’éviter les erreurs, notamment à la facturation!

  4. Essayer de trouver un fournisseur plus petit et près de chez vous. Assurez-vous qu’il a un accès direct à une dorsale et qu’il n’est pas lui-même revendeur. Vous aurez alors un service plus personnalisé et surtout moins automatisé. Une grosse entreprise peut ressembler davantage à du télémarketing! Roulement de personnel important, etc. Je ne sais pas en France mais au Québec mes pires expériences son dû à deux géants. Principalement en raison d’un service à la clientèle pitoyable mais aussi des serveurs mutualisés embourbés.

  5. L’équipement, bien sur, un système à jour mais sans plus. C’est le service et surtout le contrat qui importe. Système d’exploitation désuet, disque dur corrompu, un message comme « La base de données X ne sera plus en ligne dès le...! Les bris sont effectivement remplacé, par et à la charge du fournisseurs, mais les conséquences sont inimaginables.

  6. Exigez le meilleurs prix. Vous êtes un client fidèle, depuis des années mais votre frustrations ne cesse de grandir en voyant les nombreuses offres et rabais proposés aux nouveaux clients. Parfois des rabais indécents! D’ailleurs une des premières raisons de la perte de client est l’hébergement (!) On aurait pensé au service, à la programmation, au design ben non l’hébergement et en raison des coûts. On a beau se plaindre, ça reste un vendeur au bout de la ligne!

  7. Même chose pour les bogues et erreurs, toujours à vos frais. C’est une erreur ou un mensonge de l’hébergement, peu importe vous absorberez encore une fois les coûts, les délais... J’ai déjà cherché pendant plusieurs mois le problème sur un site Web fort achalandé pour me rendre compte finalement que l’hébergeur limitait à 50% l’usage de la mémoire du site Web! Et ils se gardaient bien de nous le dire! Après deux autres serveurs, il ronronne depuis sur un dédié sans aucun problème. c’est donc des centaines d’heures de développement à l’insu et aux frais des développeurs consciemment créer par un fournisseur!

Serveur dédié

Outre le désavantage, comme payer en argent américain, et les injustices fiscales, le serveur dédié règle la plupart des problèmes du développeur. Il faut certes une expertise mais l’effort en vaut largement la peine. N’ayant aucune espèce de connaissance en la matière, c’est tout de même une des meilleures décisions de ma vie! S’il peut arriver des imprévus, il faut seulement quelques notions de base. En principe ce n’est pas plus compliqué qu’un réseau personnel.

Un dédié c’est une machine entière physiquement installée dans un « centre de données » du fournisseur. Vous devez installer la plupart des composantes. Le fournisseur assure le remplacement des pièces, un support technique limité au matériel. Il n’est généralement pas responsable des applications qui roule le serveur et n’offre aucun support au niveau de la programmation. Au niveau des dédiés il y a des enchères, des liquidations et beaucoup de prix différents sans raison. Mais aussi de la berline à 50 € par mois aux voitures de luxe a plus de 5000 € par mois. Et comme l’achat d’une mimioune (une voiture d’occasion)! Ma théorie 1 sur 3, un bon deal sur trois!

Un des grands avantage du dédié, n’oublions pas que la plupart des problèmes du mutualisé sont réglés, est le temps de réaction. Une requête qui traine plusieurs jours se fait en quelques clics! Avec un serveur DNS c’est fou le temps qu’on peut sauver (et perdre ;o)!

Attention aux IP, un serveur en liquidation vient généralement tel quel, équipement, applications et même un jeu d’Ip. Assurez-vous que l’Ip n’est pas sur une liste noire! D’ailleurs un bon conseil à plusieurs égards est d’avoir ses propres IP (qu’on ne brûle pas avec des envois massifs !) et ses propres « serveurs de noms » (NS ou Nameservers)!

Le serveur dédié et victime des mêmes déséquilibres fiscales que la solution mutualisé mais avec des plus gros chiffres. Le client fidèle devrait bénéficier de meilleurs prix sinon les mêmes que les nouveaux clients. Et même considérer le risques encourus par les développeurs en cas de changement majeures.

Exemple de serveur dédié
Prix
90 $ (60 €) par mois
Microprosseur
Core2® Quad Q6700 2.66GHz
Mémoire
8GB RAM DDR3 800MHz
Stockage
1000GB
Trafic
12TB
Le Cloud

Le système nuagique ou le « Cloud computing » révolutionne le marché de l’hébergement parce qu’ils sont les premiers bénéficiaires de cette technique. Actuellement plus axée vers le stockage, c’est essentiellement du service en ligne! Que ce soit au niveau des applications de plus en plus sophistiqué ou encore une architecture comme Windows Serveur 2012! Le contenu est plus que jamais virtuel et surtout indépendant d’une machine. On peut le compresser, l’empiler, le stocker, l’endormir, gagner beaucoup de temps et d’espace. Pour un service d’hébergement c’est une panacée et une nouvelle manne. Au niveau du client! Pas sur... Déjà il faille absolument un nuage privé (éviter Google de grâce). Mais les avantages aussi sont questionnables surtout au niveau de la sécurité et de la vie privée! Au cas où mon disque perso planterait! Pas sur du tout! Je ne suis pas sur de l’incontournable Facebook non plus mais je peux au moins comprendre son importance en marketing. Un nuage, à part sauver de l’argent et faire branché je ne voie pas!

Il ne faudrait pas non plus oublier que le Web est un système nuagique en quelque sorte. Il n’a pas les facilités des vases communicants au niveau du serveur mais n’importe quel site Web est accessible n’importe quand de n’importe ou avec ou sans nuages. Quand j’entends les pubs de Microsoft vendre ses nuages comme s’il venait d’inventer le Web! Enfin, Comme une Chambre du commerce, utile pour certains mais pas pour tous.


Revendeurs

Service de revendeur mutualisé : c’est-à-dire un espace sur un serveur mutualisé gérer par le fournisseur. Vous avez accès à un tableau de bord pour créer des sites et nouveaux clients. Vous avez aussi à charge de facturer vos clients. Expliquez-moi comment vendre à un client un hébergement a 10 $ /mois alors que le vendeur le fait à 5,83$ /mois trafique et nom de domaines hébergés illimité, avec un nom de domaine gratuit! Que ce prix ne fait que diminuer depuis des années, il sera à 1,99 $ d’ici peu? Ça ne fait pas l’affaire, ajoutons un SSL gratuit pendant un an! C’est stupide, tout simplement stupide quand on sait qu’en plus les solutions revendeurs sont toujours limitées par rapport aux propres produits du fournisseur.

Vous êtes développeur et voulez héberger votre client? C’est bien pire, parce que non seulement vous n’arriverez jamais sa accoter les prix de votre fournisseur mais en plus votre client sera embourbé sur un serveur mutualisé! Je ne conseille pas et surtout je conseille aux clients potentiels d’aller directement chez le fournisseur!

Partenariat : Plus intéressant, il s’agit tout simplement d’un hyperlien vers le fournisseur qui s’occupe de tout, de l’hébergement mais aussi de facturer votre client. Bon c’est aussi racket, tout d’abord parce que basé sur les fichiers témoins (cookies). Mais au moins vous n’arnaquez pas un client qui doit se payer deux fournisseurs pour le même service! Mais à quel prix, par exemple une étude sur les Trucsweb : une méchante grosse publicité, 30 000 affichages, aucun clic et encore moins de vente... Faut dire que la sollicitation pour l’hébergement et les noms de domaines sont légion...

Encore une fois la seule raison de faire la revente sans abuser d’un client et de s’acheter un serveur dédié, et d’offrir une solution à valeur ajoutée. Sans jamais pouvoir garantir les mêmes « libertés » que les fournisseurs (bande passante notamment) vous pouvez limiter un serveur à 10 clients par exemple pour augmenter son efficacité. Installer des composantes originales!


La machine

Avec une utilisation industrielle mais raisonnable, la plupart des machines sont à la hauteur. Un disque dur à l’occasion, une carte qui saute mais le changement de pièce fait en sorte que les machines soient sensiblement à niveau. Assez pour le job! C’est plutôt au niveau des composantes que ça se complique.

Tout d’abord le système d’exploitation. À priori un choix simple, « open » ou non?
  1. Dans le cas d’un « Open Source » on optera pour un serveur Linux. Et le trio étoile Apache / PHP / MySQL. Le tout gratuit et fort probablement déjà installé sur le serveur. Ce type de serveur plus courrant, c’était il n’y a pas si longtemps plus des trois quart des serveurs, demande toute fois un peu plus d’expertise dans la gestion de serveur. On retrouve d’ailleurs beaucoup de ressources et de documentation.

  2. Sinon, il y a le Windows Server, moins gratuit, qui peux aussi rouler du gratuit mais plus simple à gérer. Les ressources et la documentation est beaucoup plus rare.

Là s’arrête la comparaison. On peut faire un chef-d’œuvre au plomb et un gâchis à l’acrylique! Personnellement ça serait une patate que j’irais quand même. Chaque langage à ses avantages et ses limites. Je n’aime pas la gestion des « charset » et le support UTF-8 dans la plupart des plates-formes. Je n’aime pas particulièrement les gros environnement .net ou « Visual Studio » mais j’adore le c-sharp ou Microsoft. XMLDOM. Il suffit de mettre en ligne un serveur pour qu’ils reçoivent des attaques PHP, peu importe le type de serveur! mais Windows a ses attaques par déni de service.

Les systèmes de gestion de contenu, CMS

La plupart des serveurs offres un système de gestion de contenu. En fait on parle même d’un système de gestion de client. On peut se battre avec pour implanter une script mais on a un système de facturation complet. Ceci dit, c’est une bonne chose à vérifier car le gestionnaire de contenu sera votre partenaire au quotidien.

En conclusion

Pour la tranquillité d’esprit, au niveau de la stabilité, la sécurité, un serveur dédié est un plaisir à gérer. Mais un petit budget permet aussi d’héberger un site web, et pourquoi pas un nuage. D’autre part pour un développeur, un serveur dédié n’est pas nécessaire. L’hébergement est devenu à ce point accessible qu’il est souvent préférable de laisser le client communiquer directement avec le fournisseur. tout comme le nom de domaine. Quand ton propre fournisseur vient par la bande l’offrir gratuitement, on a d’autres chat à fouetter!

, Analyste programmeurConception oznogco multimédia (http://oznogco.com), Trucsweb
Dernière mise à jour :

Commentaires

6/10 sur 1 revues.
       Visites : 1224 - Pages vues : 3177
X

Trucsweb.com Connexion

Connexion

X

Trucsweb.com Mot de passe perdu

Connexion

X

Trucsweb.com Conditions générales

Conditions

Responsabilité

La responsabilité des Trucsweb.com ne pourra être engagée en cas de faits indépendants de sa volonté. Les informations mises à disposition sur ce site le sont uniquement à titre purement informatif et ne sauraient constituer en aucun cas un conseil ou une recommandation de quelque nature que ce soit.

Aucun contrôle n'est exercé sur les références et ressources externes, l'utilisateur reconnaît que les Trucsweb.com n'assume aucune responsabilité relative à la mise à disposition de ces ressources, et ne peut être tenue responsable quant à leur contenu.

Droit applicable et juridiction compétente

Les règles en matière de droit, applicables aux contenus et aux transmissions de données sur et autour du site, sont déterminées par la loi canadienne. En cas de litige, n'ayant pu faire l'objet d'un accord à l'amiable, seuls les tribunaux canadien sont compétents.

X

Trucsweb.com Trucsweb

X

Trucsweb.com Glossaire

X

Trucsweb.com Trucsweb

X

Trucsweb.com Trucsweb

Conditions

Aucun message!

Merci.

X
Aucun message!
X

Trucsweb.com Créer un compte

Créer un compte

.
@